UN OCEAN DE PLASTIQUE

Le projet qui a démarré en aout 2016 est entièrement conçu par l’Institut Européen de Recherche. Le but visé est celui de promouvoir – en Piedmont, et en général en Italie – une information correcte relativement aux soi-disant “iles de plastique”, ces énormes accumulation de plastique qui en conséquence du déplacement des courantes créent des concentrations de plastiques de dimensions et de densité variables qui polluent les eaux mondiales (en 2014 on contait plus de 5250 milliards de pièces de plastiques, à peu près 269 milles tonnes).

Parmi les effets les plus négatifs des accumulations des plastiques les plus sérieux concernent les aspects suivants:
– L’altération du cycle bio géochimie local, avec des conséquences évidentes sur l’échelle globale puisque l’accumulation du matériel plastique peut se déplacer de milliers de kilomètres jusqu’à bouleverser les équilibres naturels des eaux marines;
– Une fois que le matériel plastique est décomposé en milliards de micro-fragments, son impalpabilité faite en sorte qu’il est pris pour plancton par les poissons qui le mangent. Les plastiques entrent ainsi à faire partie de la chaine alimentaire surtout des grands prédateurs: tonnes, espadons et requins. La conséquence est l’endommagement, jusqu’à la mort, des espèces animales comme les tortues et les oiseaux.

La première phase du projet a vu la participation de Franco Borgogno, journaliste et collaborateur de l’Institut Européen de Recherche, qui a suivi le groupe américain de recherche 5GYRES dans une expédition scientifique destinée à la réalisation du premier étude sur la pollution générée par la présence des iles de plastiques dans le passage du Nord-Ouest reliant l’Océan Atlantique à l’Océan Pacifique dans l’hémisphère boréale an traversant l’archipel arctique du Canada. Le territoire de l’Arctique est une région d’importance stratégique pour sa fonction de régler le climat terrestre et donc a un impact direct sur les modèles climatiques européens.

Le journaliste a collecté du matériel documentaire et vidéo-photographique, qui sera diffusé dans les prochain mois en différentes modalités, avec le but d’informer la population et de former les nouvelles générations sur le risque environnemental, partant du principe que des attitudes erronées et répétés peuvent avoir des conséquences négatives profondes – y compris l’altération de l’état de santé de la biosphère – même si pas directement visibles puisque elle sont trop lointaines de notre perception.

Les activités d’information et de communication qui seront réalisées concernent:

– l’aménagement d’exhibitions photographiques dans des musées et dans des espaces publics;
l’organisation d’une conférence de clôture, adressée à un public spécialisé même si ouverte à tout le monde;
– la diffusion d’un reportage vidéo;
– l’organisation d’ateliers didactiques pour le circuit éducatif régional;
– la distribution du matériel informatif et promotionnel des différentes initiatives;
– la rédaction d’un livre qui raconte de l’expédition de recherche.

LA GRANDE BELLEZIA

La Grande Bellezia – c’est un espace multifonctionnel qui appartient à la Ville de Turin, qui a été géré par ERI dans le cadre du projet “Oggi vinco io “ du mois d’ Octobre 2014 jusqu’au mois de Septembre 2015.

L’espace visait à rendre disponibles plusieurs services d’intérêt et d’utilité publique pour les citoyens turinois de toutes âges, mais spécialement pour ceux qui résidaient dans le quartier.

A travers la précieuse collaboration avec différentes associations – entre autres Asd Life Yoga Centre, Guitarre actuelle, Me.dia.re, Telehelp onlus et le Comité spontané Sereno Regis Torino Centro – ERI a réussit à garantir une offre de services vaste et diversifiée: dès rencontres musicaux aux rendez-vous sportifs et sur le cinéma, dès moments d’écoute dédiés aux personnes en difficulté aux jeux pour les enfants. Les activités étaient souvent offertes gratuitement et accessibles dans le weekend et pendant l’été.

REDUCING REOFFENDING

LES DEFIS ACTUELS POUR REDUIRE LA RECIDIVE PARMI LES EX-PRISONNIER

Le projet a été financé par la Commission Européenne et s’est déroulé du 2012 au 2015, ayant comme objectif celui de prévenir le crime et de réduire la récidive parmi les ex- prisonniers.
Le projet est le résultat d’un partenariat international qui vu la participation de l’Institut Européen de Recherche avec d’autres organisations engagées dans la prévention de la criminalité: le Knowsley Community Safety Partnership (Royaume Unit), le Safety House Haaglanden de la Ville de Den Haag (Hollande) et la John Moores University de Liverpool (Royaume Unit).

La méthodologie de travail adoptée par les partenaires du projet a été celle de l’ “apprentissage actif” où des groupes de travail, composés chacun des 5 à 7 personnes, se sont réunis deux fois dans l’année pour débattre sur les méthodologies et les instruments les plus efficaces pour combattre la récidive, dans un esprit de partage des connaissances et des expériences, et de soutien réciproque.
La comparaison entre différentes idées a mis en évidence la nécessité de développer des modèles flexibles, capables de s’adapter à des contextes hétérogènes.

D’auprès les sessions d’“apprentissage actif” les suivantes observations ont été déduites:
– Dans les pays partenaires – Italie, Royaume Unit, Hollande – le taux de récidive est similaire, même si les différentes juridictions utilisent des paramètres différents pour l’identification des profils des auteurs des infractions et des crimes et la définition des modèles de criminalité ne correspond pas;
– Les succès des actions de rééducation dépend surtout du soutien de la part de la communauté locale: si elle participe à la mise à disposition des services en faveur des ex prisonniers (par exemple, dans le cas d’entrepreneurs ou d’organisations qui offrent un emploie au sujet qui montrent de faire plus des progrès) il y a moins des possibilités de voir une réitération du crime;
– Il est important de se concentrer sur les jeunes, en promouvant les activités éducatives dans les écoles et dans les centres sportifs, en les protégeant du risque de s’engager dans des comportements illicites même à travers l’utilisation de l’internet et des réseaux sociaux pour encourager le partage des information et les soutien psychologique des plus faibles;

Le “Change Life Programme” de ERI : combattre la récidive parmi les ex prisonniers à Grugliasco et à Collegno

Les partenaires du projet ont développé plusieurs “Life Change Programme”, les programmes visant la réduction de la récidive carcérale, qui ont été adapté aux spécificités des ex prisonnier dans les respectifs pays de référence.

Celui développé par l’Institut Européen de Recherche a inclus trois groupes des ex prisonniers (chacun avec à peu près 15 components) proches à la remise en liberté dans les communes de Grugliasco et de Collegno, grâce à la collaboration avec le Cisap – Rassemblement Intercommunale des services à la personne. L’idée de base c’était que en intervenant juste après la remise en liberté, l’ex prisonnier aurait pu être accompagné et guidé dans la nouvelle condition de liberté pour atteindre une autonomie professionnelle.

Au premier group, après un travail sur les valeurs et sur la prise de conscience des erreurs commis a été donné la possibilité d’entrer en contact avec des entreprises de proximité pour leur permettre d’observer de l’extérieur le déroulement du travail.
Dans le deuxième groupe a été introduit une nouveauté: la figure du conseiller. Deux ex prisonnier du premier group on faites de guide aux ex prisonniers du deuxième groupe. Le components du deuxième groupe, presque tous entrepreneurs, ont décidé eux mêmes de développer des projets avec des finalités entrepreneuriales: un a été le projet P.E.N.SO.

La création du troisième groupe – qui a travaillé en partenariat avec la Circonscription 1 et le Bureau pour l’Exécution Pénale Extérieure (UEPE) – a coïncidé avec l’ouverture de “La Grande Bellezia” l’espace multifonctionnel situé en Via Bellezia 19 qui a été géré depuis Octobre 2014 jusqu’au Septembre 2015, par ERI dans le cadre du projet “Oggi vinco io”.

WASTECOSMART

Le projet Européen WASTECOSMART – Optimisation des stratégies intégrées de gestion des déchets solides pour maximiser l’efficacité dans l’utilisation des ressources – a officiellement démarré en 2013 et va se réaliser en partenariat avec six pays européens – Suède, Angleterre, Hollande, Hongrie, Cipre e Italie – et trois partenaires en dehors de l’Union Européenne, le Brésil, le Mexique et l’Inde.

L’objectif visé est d’élaborer des méthodologies innovantes pour une gestion efficace du cycle des déchets dans les pays partenaires à travers la coopération, la recherche et le développement technologique dans le secteur du traitement des déchets.

Faisant face à une situation en Europe où le gaspillage des déchets traités en décharge ou éliminés à travers un processus d’incinération touche le 60% sur un montant de 3 milliard des tonnes, il se pose l’impératif de changer de stratégie afin de réduire l’utilisation des ressources, de limiter l’impact sur le climat et sur l’environnement.

Il est donc fondamental de diffuser sur tout le continent des stratégies de gestion des déchets et des bonnes pratiques, parallèlement à la promotion de la coopération transnationale et à l’offre d’un soutien aux régions qui registrent plus des difficultés dans la gestion des déchets.

Chi Siamo

L’European Research Institute è un ente no-profit che si occupa di promuovere la ricerca e la sperimentazione per l’innovazione negli ambiti scientifici e sociali. Lavoriamo per migliorare le condizioni economiche e culturali dei cittadini europei, e non solo. Sosteniamo, attraverso le nostre attività, il rispetto per l’ambiente, il territorio e gli esseri viventi. Siamo un’Organizzazione che promuove tramite la ricerca scientifica la Solidarietà Sociale “Onlus”. “Essere cittadini del mondo” è la nostra visione. L’Idea Il nucleo che forma il gruppo di lavoro di E.R.I. è nato a Torino negli anni ’90. I fondatori dell’Istituto sono: Enrico Audenino, ‪Iskender Forioso‬, Federico…