C’était l’été, même si les températures étaient carrément en dessous du zéro, quand Franco Borgogno, a rejoint – en tant que représentant de ERI – l’expédition scientifique organisée par le 5 Gyres Institut de San Francisco, dans la Mer Glaciale Arctique: départ de Kangerlussuaq (Groenland), arrivée à Cambridge Bay (Canada). Quinze jours passés à documenter le travail de recherche, à récolter et à analyser la présence des microplastiques dans les eaux des océans.

Ca fait une quinzaine d’années que

le monde a commencé à connaitre le problème lié aux déchets plastiques dans les mers ; aujourd’hui on estime qu’elles soient devenus la décharge qui collecte à peu près 5000 milliard des morceaux, pour un total de 268 000 tonnes, de ce matériel presque éternel qui est précisément de la plastique.

Mais la prise de conscience du problème est bien plus tardive. La question des microplastiques, dont la dispersion est beaucoup plus difficile à contrôler, et dont la présence dans les eaux salées de la terre est si élevée et en croissance continue que nombreux scientifiques sont désormais convaincu du fait que celle ci sera la question la plus “chaude” parmi les questions environnementales dans les prochaines années.

Franco Borgogno, journaliste, Professeur dans le Master en Journalisme de l’Université de Turin, photographe et guide naturaliste, a documenté plusieurs moments de cet exceptionnel voyage scientifique dans le cour métrage “5 Gyres Artic Expedition”, rentré tout de suite parmi les finalistes à l’International Océan Film Festival de San Francisco, et maintenant, après des mois de travail passionné, le compte-rendu intégral de l’expédition est contenu dans le livre “Un mare di plastica” (“Un océan de plastique”), publié par la maison d’édition Nutrimenti.

Le livre retrace la préparation, les lieux, les rencontres (avec personnes et animaux), jusqu’au point où on ne fait plus de rencontres parce que on est arrivés dans le grand désert de glace, mais même à distance de huit jours de navire après le dernier être humain rencontré, on trouve toujours elle: la plastique.
Dans “
Un océan de plastique”, la pollution plastique est explique avec cartes, graphiques et photos qui permettent une compréhension facile et directe de ce problème d’ampleur énorme, sur lequel chacun entre nous – comme on peut le lire sur les pages du livre – peut avoir un impact positif à travers des attentions spécifiques dans la vie quotidienne.